Pénurie : Le Cameroun suspend les exportations.

Dans une correspondance datée du 22 avril 2022, Monsieur Luc Magloire MBARGA ATANGANA, le Ministre du Commerce, demande au gouverneur de la région de l’Est de prendre des mesures immédiates visant à la suspension jusqu’à nouvel avis l’exportation des produits tels que : le ciment, les huiles raffinées, la farine de blé, le riz, les céréales produites localement. Cette mesure est prise, suite  au constat des pénuries aggravées que l’on observe sur le marché national.

Avec le concours des autorités administratives de la région de l’Est, le Mincommerce veut stopper les commerçants qui préfèrent faire des affaires avec la République Centrafricaine au détriment du marché local.

De bonnes sources, les commerçants du Sud Cameroun où s’est développée également une intense activité commerciale avec la Guinée Equatoriale et le Gabon sont aussi concernés  par la mesure ministérielle susmentionnée.

Par ailleurs, dans la partie septentrionale du pays, les commerçants nigérians se ravitaillent en céréales et autres produits mettant ainsi à mal l’approvisionnement du marché local. En fait depuis décembre 2021, les exportations des céréales et huiles raffinées produites localement sont interdites. Cette mesure initialement prescrite au gouverneur  de la région de l’Extrême-Nord a même été étendue à l’ensemble du territoire par une note du Directeur Général des Douanes le 27 Décembre 2021.

Le Cameroun fait désormais face à une pénurie de certains produits de grande consommation sur le marché, après une augmentation généralisée des prix depuis la période post-covid et du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

 

Rappel

Cette pénurie se  justifie également par le fait que d’importantes cargaisons de riz, pourtant importées pour la consommation locale, sont frauduleusement réexportées vers les pays voisins. Selon l’Institut national de la statistique (INS), pour la seule année 2019, pas moins de 332 300 tonnes de riz ont été réexportées vers les pays voisins par les commerçants camerounais. Ces réexportations « se chiffreraient à environ 87 milliards de FCFA », souligne l’INS.

Pour ne rien arranger à la situation qui sévit actuellement sur  le marché camerounais, le producteur de sucre Sosucam, a connu un temps de suspension de ses activités à Mbandjock. Cette réalité devrait avoir un impact sur l’approvisionnement du marché local en sucre, en cette période de jeûne du ramadan.